drapeauOY-Bikes - Londres


OY-Bikes est un système de vélos en libre-service appartenant à Véolia-transports.
Il comporte actuellement peu de stations mais pourrait prochainement devenir omniprésent à Londres. Les vélos se libèrent à l'aide d'un téléphone portable. 

Visionner la vidéo (durée 2 minutes)


Objectifs :
           
- L’objectif pour la ville de Londres est de développer l’usage du vélo, qui y est très faible mais en forte croissance, avec des fonds alloués de plus en plus importants (24 millions de livres sterling sur l’année 2006/2007, soit 30 millions d’euros, contre 5,5 millions de livres sterling en 2000).
- L’objectif de OY-Bikes et de Véolia-Transport est purement commercial.

Moyens :

Photo


Description de l’offre :

     Le système, assez simple, fonctionne comme Call a Bike en Allemagne mais avec des stations fixes. La première fois, il faut s’enregistrer sur internet et communiquer son numéro de portable. Les fois suivantes, il suffit d’appeler au numéro indiqué sur le vélo et sur la boîte, qui indique après composition d’un code quel vélo utiliser, c’est-à-dire quel câble est débloqué. Ce câble reste ensuite fixé au vélo et peut servir comme cadenas si l’on souhaite laisser le vélo à une station où tous les emplacements pour les câbles sont déjà pris. Le vélo est gratuit 30 minutes puis payant dans la limite de 12£ par jour (15€ environ).
    Le vélo en lui-même est fait pour nécessiter le moins possible de maintenance, après retours d’expériences des vélos en libre-service notamment à Paris, où les problèmes de chaîne représentent 50% des réparations sur les Vélib' : les vélos ne sont pas équipés de chaîne mais d’une transmission par cardan, beaucoup plus fiable et sans incidence sur le pédalage. Les éléments du vélo sont également pensés contre le vandalisme : tige de selle en deux parties de diamètre différent pour qu’on ne puisse pas la voler, roues sans attache rapide, etc. Au final, un vélo à trois vitesses assez classique et agréable, avec panier et porte-bagages.
    Le système est appelé à évoluer prochainement.

Photo
Le boîtier OY-Bikes.

Organisation :

Idée/conception

Investissement/mise en place

Gestion/exploitation

OY-Bikes, racheté par Véolia-Transport

Londres + OY-Bikes/Véolia-Transport

OY-Bikes/Véolia Transport

OY-Bikes est une société commerciale (Bernie Hanning OYBike Systems Limited). Véolia-Transport, intéressé par le concept, a racheté cette petite société. OY-Bikes a réalisé un lobbying auprès des autorités locales de Londres pour pouvoir installer ses stations vélos.
L’exploitation et la maintenance sont assurées par OY-Bikes.
Le système intéresse aussi First Great Western, compagnie ferroviaire qui souhaite déployer sur une ligne un dispositif de location de vélos dans chaque gare, sur le modèle des vélos de locations en libre-service.


Financement : 
Le financement des stations vélos est 100% privé.

Photo
Les vélos sont conçus contre le vol, le vandalisme et la casse, ce qui limite les coûts.


Communication :
Un site internet permet de s’enregistrer et fait la publicité pour le produit. La communication est également assurée par les stations et les vélos, jaunes, qui comportent sur la roue arrière des panneaux où le produit est présenté (cet espace peut aussi servir pour d’autres publicités). Pour l’instant, le nombre de vélos semble trop faible, loin de la masse critique.

Photo
Cet espace informatif peut devenir espace publicitaire.


Résultats :

- Les + : Il y a eu très peu de vols, de vandalisme et de problèmes techniques, ce qui permet de diminuer les coûts. Le système est très simple à installer en ville (une boîte à fixer, sans installation électrique autre qu’une alimentation électrique, par panneau solaire par exemple) ce qui est pratique pour adapter l’offre à la demande. Le système est en pleine évolution : il sera bientôt possible d’utiliser au choix téléphone ou carte bleue, et de rendre le vélo sans avoir à effectuer d’autre opération que son blocage mécanique (pas d’appel supplémentaire ni de code à taper).

- Les - : La rentabilité n'a pas été atteinte. Le système pourrait être développé fin 2008, s'il est choisi par le maire de Londres pour les 8 à 1000 vélos qu'il souhaite dans le centre ville. Actuellement, les stations OY-Bikes sont trop éloignées les unes des autres. Une distance entre ces stations de "300m" serait plus adéquate selon un responsable d’OY-Bikes.


Telechargez cette fiche au format pdf
Royaume-Uni_OY-Bikes



Contacts :http://www.oybike.com Bernie Hanning, OY-Bike, bernie@oybike.com - David Josehson, Véolia Transports, David.josephson@veolia-transport.fr



Vélos en
libre-service