SUISSE - Train+vélo


Chiffres clés :
drapeau            
Avec 7,4 millions d’habitants sur 41 000 km², le pays est dense, mais sans grande ville (Zürich, 360 000 habitants est la plus grande, suivent plusieurs villes de 150 000 environ).
Le pays est fédéral, avec 26 cantons et quatre langues -Allemand 70%, Français 20%, Italien et Romanche 10%.
    - Parts modales :
• Usage du vélo 5.3% des trajets / 2.1% des distances
• Usage du train 3.9 % des trajets / 16.1% des distances (meilleure part modale d’Europe de l’Ouest).
• 8% des utilisateurs du train se rendent à la gare en vélo (dans le train : 1%); moins de 10% des utilisateurs viennent en voiture à la gare, 66% à pied.
carte
     - Réseau ferré : près de 5000 kilomètres de lignes et 14,3 milliards de voyageurs.km en 2006. L’opérateur historique, les Chemins de Fer Fédéraux CFF-SBB-FFS, est « leader du système de transport », qui comprend une multitude d’entreprises privées sur des petites lignes, dont une bonne part sur voie étroite. 40% du fret n’est pas réalisé par les CFF en 2007.   
   - Chiffre d’affaires opérateur historique : 7,1 milliards de CHF en 2005 (5 milliards €), sans bénéfice important. Les CFF ont un mandat de l’Etat pour les grandes lignes, avec une obligation de rentabilité. Les cantons et la confédération commandent les prestations pour le trafic régional et les subventionnent. Tous les trains sont cadencés depuis 25 ans.

Train+vélo, les grandes lignes :

- Budget des actions vélo: 35 millions CHF (21.5 millions €) jusqu’à 2016, pour le stationnement.
- Politique vélo opérateur historique : Très favorable au vélo.
- Politique vélo autres opérateurs : Effort de travail commun pour une offre lisible (tarif unique sur plus de 70 compagnies).


La stratégie train+vélo par acteur :


Acteurs et interaction


    - Le conseil fédéral de l’Etat Suisse (7 personnes, l’équivalent en France du Président et de son gouvernement) a fixé les objectifs stratégiques pour 2007-2010 des CFF, qu’il détient à 100% depuis 1905. Notamment, les CFF doivent travailler en tant que leader du système de transport sur la chaîne de transports (l’ensemble des moyens de transports utilisés de porte-à-porte) et la mobilité combinée. La stratégie des CFF est de répondre à une demande qui est de pouvoir aller « de partout à partout » grâce à cette chaîne de transports, avec un certain succès. Une coopération est entretenue avec les transports en commun pour conserver un système dense et de bonne qualité. La gare est un conçue comme un centre de changement de mode de transport (tous les modes).
    Un seul objectif : augmenter la part modale du train par rapport à la voiture!

     - « Mr Vélo » des CFF doit suivre les orientations de l’Etat, donc la stratégie des CFF, détenus par l’Etat. Il travaille avec la division voyageurs (et étroitement avec Mr Voiture dans l’unité Mobilité Combinée), parfois avec la division immobilier pour les surfaces utilisées pour le vélo. Le grand chantier actuel est la réalisation de stationnement standardisé pour toutes les gares.
    Le retour d’expérience des vendeurs ou d’utilisateurs (service clientèle qui donne des retours une fois par mois) lui est très utile.

     - Les associations cyclistes, dont principalement PRO VELO Suisse (anciennement IG Vélo) travaillent en étroite coopération avec Mr Vélo des CFF, ce qui a permis par exemple de définir un standard de parking vélo. Elles s’investissent également beaucoup dans la mise en place d’un réseau national de Vélostations.          Visionner la vidéo du parking de Bâle

    - Les éléments importants : Une forte concertation entre les différentes parties prenantes (CFF, autres entreprises, transports publics, Suisse Mobile, associations cyclistes et cyclotouristes, cantons, écoles supérieures) permet de planifier d’une manière intégrée et globale et de développer un système cohérent, avec la communication des bonnes informations au client. Ce dernier consomme de la mobilité combinée, qui a pour but de répondre aux problèmes de mobilité.


Financement :

- Vélostations : Elles sont financées par les villes et les cantons. Les CFF n’y participent pas

- Stationnement ouvert : Pour le stationnement ouvert, en règle générale, l’investissement est payé à égale hauteur par les communes ou les cantons, la division Voyageurs des CFF (qui développe ainsi sa clientèle) et la division Immobilier des CFF (qui acquiert la propriété). La maintenance/nettoyage est assurée par les CFF si la surface appartient aux CFF, et par la commune si le terrain appartient aux CFF (cas plus rare), ou par un contrat entre les deux. L’Etat ne finance rien.

    Le vélo représente :
- 116,2 millions CHF en 2007 (vs 111,8 millions CHF en 2006, soit +5%) de chiffre d’affaires lié aux billets de train des cyclistes contre 76 millions liés à l’addition des billets des automobilistes (35,3 millions) et du carsharing (partage de voiture ≠ covoiturage : 40,7 millions).
- 8 Millions CHF de billets vélo+voyageur (voyageur transportant son vélo),
- 40 Millions CHF prévus pour les recettes annuelles liées à Suisse Mobile.
- Soit un total de 164,2 millions CHF ou 102 millions d’euros par an (valeur 2008).
- Le financement nécessaire pour le plan de stationnement 2001-2016 est de 35 Millions CHF soit 22 millions d’euros sur 15 ans.



(Pour voir les légendes, passez la souris sur l'image.)












L'offre train+vélo :

   L’offre permet aux touristes d’emporter leur vélo dans le train (exemple Suisse mobile) tandis que le tarif est dissuasif pour les pendulaires (billet vélo à 15 CHF, ou 10CHF avec abonnement), qui sont invités à laisser leur vélo à la gare. La qualité est recherchée pour le client, en cherchant à rendre plus facile « la première fois » (mise en confiance par une offre standardisée).

- Accès à la gare et diffusion depuis la gare : les pistes cyclables et aménagements vélo en ville sont réalisés par les villes.

- En gare de départ et/ou d’arrivée: Un standard unique, couvert et ouvert (avec le système d’attache Pedalpark, entreprise Velopa), a été choisi en concertation avec les associations pour toutes les nouvelles places vélos de Suisse. En 2012, toutes les gares grandes lignes en seront équipées et en 2016 toutes les gares régionales. En 2007, 74 000 places de stationnement existaient (pour 64 000 utilisateurs par jour ouvrable, ce qui pose des problèmes de saturation), c’est 15 000 de plus qu’en 2001. L’objectif est de 100 000 places en 2010. Ces places sont disposées au plus près des quais, et facilement accessibles. Toutes les gares Suisses comportent des parkings vélo. Une part des cyclistes pendulaires laisse son vélo la nuit en gare dans une station fermée ou non, pour l’utiliser entre la gare et le lieu de travail.
    La location est possible dans les Vélostations et dans une centaine de gares CFF (offre Suisse Mobile, partenariat avec Rent a Bike).
    Les Vélostations (22, bientôt plus) sont réalisées depuis 1994 par les villes sous l’impulsion de l’association Pro Vélo Suisse. La plus grande est celle de Basel/Bâle (1590 places).
   La signalisation des services vélos est standardisée. L’information pour le vélo est faite aux guichets normaux. Le personnel de gare est en mesure d’apporter toutes les informations sur le vélo.
     Les cheminements en gare sont en général bien utilisables par les cyclistes (goulottes ou rampes en pente douce), des casiers payants (consignes) existent presque partout.


- Dans le train : L’accès au train est « parfois un peu athlétique » dans les fourgons spéciaux notamment, très hauts et séparés du reste du train. La signalisation du vélo sur les trains peut manquer de visibilité. Les espaces dans les trains sont nombreux et spacieux. Ils sont modulables (espace vide en bout de wagon et présence d’un crochet ou non pour les vélos), avec en moyenne 8 crochets par train.
    En période de pointe, seuls les trains de la région de Zürich sont interdits au vélo. Sinon, 10 à 20 jours par an posent problème sur certains trains, lors de la saison estivale. (500 000 vélos transportés par an en Suisse). Le problème s’accentue avec l’augmentation de la demande (+15% en 2007), surtout avec l’interdiction d’augmenter plus les tarifs (un organisme veille aux prix en Suisse).
   Il n’y a pas de planification possible sur les trains, pour mettre plus ou moins d’espaces vélos selon les saisons.


Information et communication :
L’offre est lisible (tarifs uniformisés). Sur internet et les guides d’informations seuls les trains n’acceptant PAS les vélos sont indiqués, car quasiment tous les trains acceptent les vélos. Sur le site des CFF, il y a un moteur de recherche avec option « transport de vélo », et une rubrique vélo informative est facilement accessible. Les plans des gares sont accessibles en ligne. L’achat de ticket vélos est possible sur internet, la réservation (obligatoire seulement sur moins de 10% des trains) le sera bientôt


Fidélisation :
Beaucoup d’enquêtes sont réalisées en direction des utilisateurs des gares (pas seulement les cyclistes) afin de surveiller l’évolution des parts modales (connues dans toutes les villes suisses pour l’accès à la gare), de la fréquentation des parkings vélos, etc.



Freins identifiés :
Les Vélostations ne sont pas rentables, les CFF n’y participent pas pour cette raison. Il n’y aurait de plus pas une demande suffisante. L’association PRO VELO Suisse n’a pas comme priorité la rentabilité des Vélostations et s’investit largement dans leur émergence.



Politiques remarquables :

"SuisseMobile" :

Une offre intégrée complète, qui comprend tous les aspects du voyage. Au niveau train+vélo, les itinéraires vélo sont conçus pour être doublés par des itinéraires ferrés, en particulier pour l’accès, pour faire l’aller ou le retour en train, ou pour franchir un dénivelé en train. Les CFF attendent 40 millions de CHF (25 millions d’euros) annuels de nouveaux billets de train. 80% des clients du réseau de location de vélos en gare, Rent a Bike, viennent en train (voir la fiche produit détaillée "Suisse Mobile, Suisse").

Transport des vélos à bord des trains :

Lisibilité, une offre dans tous les trains, un achat de billets simplifié : Tarif unique pour les grandes distances 15 CHF (9€) ou 10 CHF réduit, réservation facultative sauf 10% des trains 5 CHF, tarif courte distance billet deuxième classe demi tarif, passeport vélo 1 an 195 CHF. (120€)

Le retour d’image pour les CFF est important. Ils sont second dans le classement de l’association cycliste Européenne ECF pour le transport des trains (première entreprise de cette taille), les associations sont satisfaites, cependant la saturation des stationnements des vélos en gare reste problématique.


Telechargez cette fiche au format pdf
Suisse_Train+vélo






Contacts
 : Michaël Röösli, « Mr Vélo » des CFF, Manager de produits Mobilité Combinée, michael.roeoesli@sbb.ch - Marianne Fässler, chef de projet pour les vélostations à PRO VELO, marianne.faessler@pro-velo.ch - Christoph Merkli, directeur de l’association PRO VELO Suisse, http://www.pro-velo.ch
http://www.dcf.dk

POLITIQUES